>  >  >  >  > 
L’écotourisme : le succès du tourisme vert

La notion d’écotourisme est synonyme de responsabilité et de respect de la planète. Il est en effet possible de voyager autrement pour découvrir certaines régions du monde, ainsi que de nombreux lieux remarquables culturellement parlant, tout en limitant drastiquement l’impact écologique de son passage sur l’environnement et les populations locales.

L’écotourisme, qu’est-ce que c’est ?

Le concept d’écotourisme est né il y a une trentaine d’années et s’est développé de manière exponentielle à partir des années 2000. Cette forme de tourisme “écologique” attire de plus en plus de personnes ayant pris conscience de l’impact de leurs comportements de consommation sur la santé de notre planète. L’écotourisme se veut respectueux à la fois de l’environnement des lieux visités et des populations locales. Les voyageurs choisissant l’écotourisme sont en général désireux de se plonger au cœur même de la nature, et de découvrir des écosystèmes particuliers ou exotiques. L’objectif premier de ce concept est donc avant tout de limiter l’empreinte écologique des touristes, et surtout d’offrir une alternative au tourisme de masse, qui se révèle pour le moins désastreux pour l’environnement, tout en n’apportant que peu de bénéfices aux populations locales.

Vers quelles destinations l’écotourisme peut-il vous emmener ?

Il n’est pas nécessaire de partir aux antipodes pour adopter l’attitude “écotouriste”. Si dans l’esprit de la plupart des gens l’image de l’écotourisme est associée aux pays en voie de développement ou à des destinations lointaines et exotiques, il ne faut pas oublier que le tourisme vert peut se pratiquer tout près de chez vous, que vous résidiez en France ou ailleurs sur la planète, dans un pays dit “développé”. De nombreuses réserves naturelles (qu’elles soient européennes, américaines ou australiennes) proposent ainsi à leurs visiteurs de séjourner dans une habitation écologique à proximité ou même en leur sein. Il est évident que ces personnes sont invitées à adopter une attitude particulièrement responsable et respectueuse des lieux qu’ils sont conviés à découvrir de cette manière.Rivière Naranjo, Costa Rica

Le coût de l’écotourisme pour le voyageur

Contrairement à certaines idées reçues, voyager en prenant soin de l’empreinte écologique que l’on laisse derrière soi ne coûte pas beaucoup plus cher que le tourisme de masse. Il est évident que passer une semaine dans un bungalow au pied du Kilimandjaro pour observer de manière respectueuse la faune de la savane vous coûtera peut-être plus cher que trois semaines dans une chambre dans un grand hôtel sur la Riviera turque, mais il faut bien sûr comparer ce qui est comparable et savoir ce que l’on recherche exactement. Il faut aussi prendre conscience que plus les demandes d’écotourisme seront importantes, plus les grands voyagistes seront sensibles à développer cette forme d’activité, et à y sensibiliser leurs clients.Kilimandjaro
Photo 1 : Umoljani, Bosnie-Herzégovine @ aidaweb101 Certains droits réservés CC-BY

Photo 2 : Rivière Naranjo, Costa Rica @ David Berkowitz Certains droits réservés CC-BY

Photo 3 : Kilimandjaro @ antonin_remond Certains droits réservés CC-BY

Comments

comments

Partagez cet article